Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Contexte : une réunion parents-prof. Attention, c’est du sérieux : l’enfant vient de rentrer à l’école maternelle. Son avenir est en train de se jouer.

Prof : Votre fille est en échec scolaire.

Père : Vous êtes sûre ? à 3 ans ?

Prof : Elle ne fait que des gribouillis. Elle ne s’en sortira pas si vous ne la soutenez pas.

Père : Dimanche dernier je lui ai fait pratiquer les nombres de 1 à 10.

Prof : Bravo ! Vous êtes un papa modèle. Continuez, vous verrez bientôt les résultats : elle va progresser !

Prof : Votre fille est en échec scolaire.

Mère : Vous êtes sûre ? à 3 ans ?

Prof : Elle ne fait que des gribouillis. Elle ne s’en sortira pas si vous ne la soutenez pas.

Mère : Dimanche dernier je lui ai fait pratiquer les nombres de 1 à 10.

Prof : C’est tout ? Vous négligez votre fille. Continuez, vous verrez bientôt les résultats : Elle va rater ses études !

Double Standards - éducation - sexisme - féminisme - mère indigne - genre

Tout se joue à 3 ans, c’est bien connu !

L’enseignante sait pourtant que le père et moi travaillons ensemble. Nous avons exactement les mêmes contraintes professionnelles.

Mais on ne parle pas d’école « maternelle » pour rien…

On appelle ça un double standard : la société apprécie différemment les actions d’une personne en fonction de son genre sexe genre zut alors *.

En matière d’éducation des jeunes enfants, le moindre effort du père est exceptionnel et lui vaut des lauriers (je ne parle même pas de son implication dans les tâches ménagères). Tandis que les mères reçoivent en permanence des messages culpabilisateurs.

mère indigne - message culpabilisateur - mère sexy - sexisme - féminisme

Es-tu assez mère ? Dans ta face de mère indigne.

PS : Mettons fin au suspense insoutenable. Un ans après, notre petite héroïne a finalement appris à compter. Il semble que son avenir ne soit plus catastrophique, malgré l’incurie de la mère. Nous restons vigilants.

———

* J’ai hésité à écrire genre ou sexe en raison des émois que provoque le terme genre actuellement. Mais dans cet exemple, il s’agit bien d’un problème de norme genrée et pas de différence sexuelle. La mère indigne ne cherche pas à nier les différences naturelles entre un homme et une femme. Mais elle estime que la différence d’appréciation de l’implication du père et de la mère relève d’une construction sociale, plus que d’un commandement divin ou d’un déterminisme génétique.

———

edit : il n’y a pas que des mères indignes. Il existe des mauvais pères, qui cherchent eux aussi un équilibre pour concilier au mieux vies professionnelle et familiale, en dépit des injonctions sociales qui les incitent à se focaliser sur le travail. Bon courage, on y réfléchit ensemble !