Étiquettes

, , , , , , , ,

Les dieux avaient condamné Sisyphe à rouler sans cesse un rocher jusqu’au sommet d’une montagne d’où la pierre retombait par son propre poids. Ils avaient pensé avec quelque raison qu’il n’est pas de punition plus terrible que le travail inutile et sans espoir.

Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe

———

Il t’écoute en hochant la tête,
Mais son cerveau n’entend pas,
Trop occupé
À calculer

Tu dénonces le piège
Nous sommes exploitées
Conditionnées
Muselées
Sacrifiées
Invisibilisées

Il s’en fiche
Il s’ennuie
Il soupire

Tu n’acceptes plus d’être reléguée
Au second plan
Aux fonctions d’assistance
Au travail de réconfort

Il se sentait déjà menacé
Mais en questionnant sa légitimité
En imposant tes talents
Tu lui as posé un défi
Qu’il n’est pas prêt à relever

Il soupire
Être un homme aujourd’hui
Tu sais c’est pas si facile

Bien-sur que tu le sais
On t’a bassinée
avec la crise de la masculinité :

« L’homme violent souffre aussi,
Tais-toi quand il geint ! »

Ainsi, toujours,
Retour au point de départ
Au point de vue dominant
Le point de vue masculin
Pesant comme un rocher :

« Tu dois compatir
à la douleur de l’homme violent ! »

C’est absurde
Te voilà reléguée
Au second plan
A nouveau
Muselée

Mais toujours déterminée
à lutter
à rouler la pierre vers le sommet
Tant qu’elle retombera
Tant qu’il le faudra

Tu parviendras mieux que Sisyphe
À rester au sommet
Car tu n’es pas seule
Nous prenons le relais
Quand tu reprends des forces

Nous parviendrons mieux que Sisyphe
Car les dieux ne sont que des hommes,
des imposteurs

Le courrier de Diké - le mythe de Sisyphe - le patriarcat est absurde