Mots-clefs

, , ,

Un valeureux citoyen a pu lire dans la presse que justice a été rendue  grâce à sa courageuse initiative : une lettre anonyme pour dénoncer à la police les magouilles d’une mère de famille en situation précaire, qui rechignait à se prostituer, l’insolente. La lettre :

Marié et heureux dans mon couple, il m’arrive parfois de faire appel aux services d’escort girls […]. Je suis reparti uniquement soulagé de 130 euros remis à la fuyarde mais bien décidé à ne pas en rester là. Non pas que la somme perdue dans l’affaire mette en cause mon équilibre budgétaire, ni que ma santé affective en fut atteinte, mais au nom de ceux qui auraient à connaître la même mésaventure et pour qui le montant de la prestation représenterait un certain effort financier

Suite à la publication de cette lettre, le journal aurait pu recevoir une réponse de ce type :

J’ai reconnu le style pompeux de mon mari dans sa lettre de dénonciation. 

Marié et heureux dans notre couple, pas étonnant. Notre mariage l’exonère de toutes sortes de responsabilités domestiques et financières, puisque c’est moi la principale source de stabilité du foyer. Non seulement je gère la plupart des tâches domestiques, mais en plus il dépend de moi financièrement depuis qu’il enchaîne des CDD, tandis que mon activité de travailleuse indépendante nous rapporte un certain confort matériel, au prix d’une somme de travail énorme que j’assume seule, y compris le soir et le week end. Je m’étais initialement mise à mon compte pour travailler à la maison tout en m’occupant des enfants.

Maintenant que nos enfants sont adultes, je continue à travailler dur pour faire face au style de vie prolifique de mon mari. Notre équilibre budgétaire peut se résumer ainsi: je gagne l’argent, il le dépense. Pas étonnant que ces 130 EUR perdus ne l’affectent pas. Mais pour moi ce sont des heures de travail effectuées pour rien. Je préférerais qu’il dépense moins, pour me permettre d’avoir du temps libre. 

Du temps et de l’énergie, je n’en ai pas assez pour m’occuper de moi, et moins encore de lui. Mon mari me reproche régulièrement de ne pas être assez disponible pour le « soulager » sexuellement. Il a souvent suggéré, sur le ton de la boutade, qu’il serait contraint d’aller voir des filles ailleurs si je ne me pliais pas suffisamment au devoir conjugal. 

De là à imaginer qu’il irait voir une autre mère de famille pour profiter de sa situation, il y a un pas que je n’avais pas franchi jusqu’à présent.

Il est grand temps de responsabiliser les hommes qui croient pouvoir exiger un rapport sexuel non désiré à une femme sur laquelle ils estiment avoir des droits monnayables.

Il est grand temps, au nom de CELLES pour qui le montant de la prestation représente un certain effort financier, et affectif

Mais nos sénateurs viennent une fois de plus de montrer leur détermination à protéger les courageux clients de la prostitution. 

Et pour rester dans le registre épistolaire, une belle lettre à lire, authentique, et signée. Elle est adressée à nos sénateurs par Rosen Hicher, survivante de la prostitution, au nom de 250 femmes.

Publicités