Étiquettes

, , , ,

Hier soir, j’ai découvert que les Pick Up Artists (PUA), ces VRP en misogynie et violences conjugales, ont d’actifs avatars chez les intégristes musulmans. Notamment ceux qui sont à l’honneur ce week-end lors du « Salon musulman du Val d’Oise, dédié à la femme musulmane » et surtout à la misogynie et au racisme.

En apparence, le libertinage mercantile des PUA s’oppose au rigorisme des prédicateurs islamistes. Et pourtant, dans cette conférence « Le Mariage de A à Z » organisée par l’EMJF, l’Espérance Musulmane de la Jeunesse Française, le 12 mai 2012, que de similarités entre ces deux sous-cultures masculines :

  • l’entre-soi masculin et jeune : des hommes jeunes parlent aux « frères »
  • le problème : leurs frustrations de célibataires dans une société hypersexualisée
  • les techniques de manipulation et propagande : solutions simplistes, honte, pression sociale, peur de l’échec, argument d’autorité…
  • le contenu misogyne : stéréotypes sexistes – les femmes sont vénales, jalouses et superficielles-, et culture du viol, allant jusqu’à la justification du viol conjugal, en conclusion de la conférence.

Vidéo de la conférence misogyne de l’EMJF sur le mariage. Quelques perles que les visiteurs du salon entendront peut-etre à nouveau demain : la femme a le privilège d’être soumise à un « tuteur » (le père en priorité) ; « on épouse une femme pour quatre raisons : son argent, sa famille, sa beauté, sa religion » ; « parlons d’abord des droits de l’épouse : […] les hommes ont autorité sur les femmes » ; « l’obéissance à ton mari t’élève ma soeur« , « la place de la femme est de rester dans vos demeures« , « la femme ne sort de chez elle que par la permission de son mari, en cas de nécessité et de besoin » ; « Troisième point : que tu lui obéisses aussi quand il te demande d’avoir des rapports intimes avec toi, c’est un droit qu’il a« . etc. Une vidéo en ligne depuis 3 ans sur youtube, à signaler pour son contenu haineux (en particulier entre 1h40 et 1h45).

Contrairement aux raouts des PUA, cette conférence était peut-être gratuite en 2012. Mais ce week-end, on retrouve ces prêcheurs de haine misogyne dans un salon à vocation commerciale, propulsé par la société Isla Events et son patron Farouk Benzerroug.

Le moteur de l’argent et de la notoriété, encore un point commun avec les Pick Up Artists. Au salon de Pontoise, « La femme musulmane » sera une consommatrice, qu’on encourage à faire du shopping communautariste, et pour ce faire, qu’on va aider à gagner de l’argent (espace « entrepreneuriat »).

Femmes actives économiquement oui, tant que cela rapporte à leurs familles, et qu’elles restent soumises à leurs bourreaux masculins.

Visiblement le sort de ces femmes préoccupe peu. L’indignation est bien discrète ce soir. Un silence assourdissant comparé aux habituelles clameurs qui s’élèvent lorsque nous dénonçons le voile comme symbole de propagande et d’oppression des femmes musulmanes, utilisé par ces mêmes prédicateurs.

Comment expliquer l’indifférence de notre société : relativisme culturel empreint de racisme ? résignation face au caractère privé d’une entreprise commerciale ? Mépris des violences conjugales, tant qu’elles sont invisibles ?

Pick Up Artist ou Prêcheur de haine misogyne, même combat

Pick Up Artist ou Prêcheur de haine misogyne, même combat

Publicités